samedi 31 mars 2012

La Coulainaise 2012 première !

Quelle belle journée on a passé, un peu dur, un peu froid, mais quel bonheur une fois la ligne passée.

Récit de notre journée :

L'équipe n'était pas au complet, mais on a bien pensé à Gilou et David restés en Vendée.

Départ 7h45 de la Boisselette direction Coulaine, dans la banlieue du Mans environ 2h00 de route, pas besoin de radio l'excitation est à son paroxisme, Daniel est un peu stressé, et Manuchon toujours énervé, et moi content, de partager ce moment avec les copains.

Arrivée vers 9h30 à Coulaine, bon on fait quoi, on mange, on va chercher les dossards, on monte les vélos mais non Manuchon, le départ est à midi. Allez, direction les dossards. Manuchon ne peut s'empêcher de s'arrêter sur les stands des vendeurs d'équipements.
Oh, le téléphone de Manuchon sonne, c'est le livreur des équipements, Manuchon saute dans tous les sens et en deux temps trois mouvements, il a disparu.
Le temps de prendre un petit café et le voilà avec la caisse, interdiction de toucher, c'est lui qui donne.
OH le vilain !!!

La première impression sur les maillots, Bof, Oh, mince.

Bref, il faut se mettre à table le départ est dans 2h00.



Allez on mange, puis essayage des maillots.

Photo souvenir



Manu Attend sagement, Daniel qui n'en fini plus de se préparer





Direction la ligne de départ, holà il y a déjà du monde plus de 400 sur le grand circuit 161kms, enfin une fois la ligne passé, ça fera 166kms 




Photo souvenir de nos bobines sur la ligne





Daniel étonnement décontracté une fois sur la ligne de départ.



Manu prêt à en découdre, il est en forme et affûté notre Manu.



C'est tout pour les photos, en conclusion :

La Coulainaise, possède un super terrain de jeu, et un super circuit.
Daniel à souffert, mais n'a rien laché et est allé au bout de son périple, bravo Daniel ne lache rien ça va revenir.

Manu est sur une très bonne pente, il est affûté, et en très grande forme, il a montré de belle manière notre maillot en emmenant à plusieurs reprise le peloton, et vous pouvez me croire ça ne rigolait pas derrière. Bravo mon manuchon.

Et surtout il à fait preuve de solidarité avec son copain Juju, qui n'a pas passé un beau quart d'heure lorsque on a abordé " les Alpes Mancelles", dur, dur j'ai eu un gros passage à vide du 70ème km au 120éme km.
Ensuite impeccable la machine était de retour, on a même traîné notre peloton sur les 20 derniers kilomètres, et ça roulait, Merci Manuchon pour m'avoir attendu.

Juju.